"Acte pur": Dante, l’averroïsme et les substances séparées