Une esthétique de l'absence. Le cas de Mallarmé