De «La Fille du régiment» à «La figlia del reggimento». Identité nationale et transfert culturel