Un livre n'est jamais complet en lui-même : Remarques autour de la citation chez Jacques Poulin