Revisions d'arthroplastie de hanche avec tige modulaire non cimentée / R. Azzoni, R. Riva, S. Romagnoli. - unico:1(2002 Oct 21), pp. 246-247. ((Intervento presentato al 3. convegno HIP '2002 Toulouse tenutosi a Toulouse nel 2002.

Revisions d'arthroplastie de hanche avec tige modulaire non cimentée

R. Azzoni
Primo
;
2002

La révision des implants fémoraux descellés avec une importante perte de substance osseuse secondaire à une ostéolyse représente un des plus grand problème de la chirurgie des reprises des prothèses de hanche. L’ultérieur destruction de l’os endostale pendant l’ablation de l’implant descellé, accentue la perte du « bone stock ». La stabilité rotatoire primaire et la fixation biologique définitive sont les objectifs à poursuivre (1). Les attentes de bons résultats avec l’utilisation de tiges non cimentées dans la chirurgie de reprise de hanche se sont réduites à cause de l’absence de ingrowth, douleur à la cuisse persistante, stress-shielding et potentiel ostéolyse tardive (2,3). Des meilleurs résultats sont décrits avec l’utilisation de tiges complètement « porous coated » à fixation distale (4,5). De septembre 1997 à janvier 2001 nous avons posé 56 tiges modulaires Revision en cas de descellement d’arthroplastie de hanche (figure). La composante fémorale modulaire Revision (Lima-Lto S.p.A., 33030 Villanova di S.Daniele, UD, Italie) est un implant qui se compose d’une tige diaphysaire et un col fémoral. La tige diaphysaire en alliage de titane avec une haute rugosité superficielle a sur toute sa longueur une série d’ailerons radiaux acuminées. Le col fémoral en alliage de titane présente un angle cervico-diaphysaire de 135°. L’accouplement entre les deux modules se produit grâce à un cône morse, en utilisant une vis de pression. Avec 18 modules (6 cols et 12 tiges) il y a 72 possibilités de compositions de différents implants. Tous les patients que nous avons traités présentaient un descellement de stade 3 et 4 selon la classification radiographique de Engelbrecht (6). Nous avons recontrôlé 18 patients pour un total de 19 tiges (1 cas bilatéral), avec un recul moyen de 15 mois (minimum 6 mois, maximum 30 mois). L’âge moyen était de 70 ans (extrême de 59 et 85 ans) ; 11 femmes et 7 hommes. Le temps moyen entre la prothèse de première intention et l’implantation de la tige modulaire était de 13 ans. Dans 15 cas nous avons utilisé la voie latérale, dans 3 cas la voie postérolatérale. La révision du cotyle a été réalisée dans 15 cas. Dans aucun cas une ostéotomie longitudinal du fémur selon Wagner ou une ostéotomie du grand trochanter a été nécessaire. Dans 4 cas nous avons utilisé de l’os homologue (tête fémoral congelée) pour remplir le défect osseux métaphysaire fémoral. Les complications intraopératoire ont été dans l’ensemble 4: 3 fractures diaphysaires et 1 fracture du grand trochanter. Dans les 4 cas une osteosynthèse a été effectuée. L’appuis complet a été autorisé entre le 2ième et 7ième mois de l’intervention. Nous avons utilisé le système à score de Harris pour une évaluation clinique des patients et les critères décrit par Engh (4) pour une évaluation des radiographies. Les patients présentaient avant l’intervention un score moyen de Harris de 56. Au contrôle le score moyen était de 81: 7 cas (37%) était médiocre, 8 cas (42%) assez bon, 4 cas (21%) excellent où bon. En particulier il faut souligner que 17 patients (94%) ne se plaignaient d’aucune douleur. 10 patients se plaignaient de douleur et d’impotence fonctionnelle en conséquence d’une pathologie de la hanche controlatérale ou d’un descellement du cotyle ipsilatéral. L’étude radiographique a été évaluée en prenant en considération la qualité de l’implant dans l’immédiat postopératoire et l’évolution radiologique pendant les contrôles successifs , en utilisant les critères de Engh. Les contrôles postopératoires ont mis en évidence une correcte position de l’implant dans 17 hanches, dans 1 cas la tige était clairement sous-estimée, dans 1 cas l’ancrage distal de l’implant était inférieur de 70 mm. Au contrôle successif 17 cas (89%) présentaient un bone-ingrowth ; un patient une stabilité fibreuse et un patient un implant sûrement instable. Le cas avec stabilité fibreuse mettait en évidence lors de la radiographie une radio brillance >2 mm dans la zone 2-3-5-6- de Gruen (7), qui cependant ne s’était pas modifiée aux contrôles périodiques. Dans le cas de l’implant instable il y avait un affaissement de 5 mm. Dans aucun cas nous avons relevé un stress-shielding. En outre aucun signe de fretting corrosion au niveau de l’emboîtement tige-col a été mis en évidence. La tige modulaire Revision permet de sélectionner un implant quasiment personnalisé. La fixation, la stabilité, l’orientation et la longueur peuvent être obtenus indépendamment l’un de l’autre. Les ailerons radiaux de la tige permettent une fixation stable primaire, à condition que la prise endostale soit d’au moins 70-100 mm. Ceci permet de réduire la charge par unité de surface, et en conséquence la réduction de la douleur à la cuisse. Le col permet une rotation sur différents plans pour rejoindre l’orientation optimale. La correction des encombrements est possible grâce à l’accouplement avec des cols modulaires d’angulation de 4° en rapport à l’axe de la tige, qui peuvent être utilisé sur tous les plans, avec une sécurité absolue du point de vue de la résistance mécanique à la fatigue. Au cas ou une erreur du choix de la tige, suite à un éventuel affaissement, le rétablissement de la longueur peut-être obtenu en changeant le seul col fémoral avec un col plus long. Le bon résultat à la douleur et l’absence de signe d’instabilité radiographique dans notre liste de cas son semblable à ceux d’autres Auteurs (8,9). Toutefois la brièveté du follow-up ne nous permet pas de tirer des conclusions définitives sur la tige modulaire Revision. Nous croyons cependant que la reprise d’arthroplastie de hanche avec tige modulaire non cimentée peu représenter une bonne solution pour résoudre un grand nombre de cas. En outre nous pensons que pour préserver le plus possible du bone-stock et améliorer le bone-ingrowth, l’utilisation de tige modulaire sans ciment, peut améliorer les résultats par rapport aux révisions avec ciment. Nos résultats devront toutefois être validés par un follow-up à long terme pour soutenir définitivement la validité de cette technique chirurgicale.
revisione ; anca ; protesi
Settore MED/33 - Malattie Apparato Locomotore
Institut de l'Appareil locomoteur de l'Université Paul Sabatier
Collège Francais des Chirurgiens ortopédistes et Traumatologues
Article (author)
File in questo prodotto:
File Dimensione Formato  
romagnoli.cgi.doc

accesso aperto

Tipologia: Publisher's version/PDF
Dimensione 41 kB
Formato Microsoft Word
41 kB Microsoft Word Visualizza/Apri
Pubblicazioni consigliate

Caricamento pubblicazioni consigliate

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/2434/184233
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact